3_photo-3.jpg

Je suis né à Caracas au Venezuela en 1981. J’ai grandi au sein d’une famille destructurée et éclatée, modèle familial qui abonde dans mon pays.

J’ai été éduqué dans une maison où les problèmes ont toujours été présents au même titre que les livres, l’art, la musique et les luttes sociales (ironiquement les photos étaient rares). Plus tard, j’ai vagabondé dans de nombreuses rues et maisons , à travers l’Europe et ce durant quelques années, jusqu’à ce que ma curiosité photographique me ramène à des études plus académiques.

Mon travail en tant que photographe professionnel a été concentré sur des sujets sociaux qui promeuvent des idées de justice,solidarité, tolérance et éducation. Je ne cherche pas à poursuivre un travail militant, je cherche juste à ce que mon appareil photo soit une extension cohérente d’une vision plus ample et assume les responsabilités que nous avons vis-à-vis des complexités de notre époque et de ses acteurs.

Parallèlement à mon travail photographique, j’ai développé une carrière dans l’enseignement, principalement avec le FoundryPhotojournalismWorkshop où j’ai travaillé en tant qu’assistant et professeur en Argentine, Bosnie-Herzégovine et au Guatemala. J’ai pris part à des ateliers photographiques documentaires et participatifs en Haiti, Venezuela,Mexique,Colombie et Norvège où j’étais invité à participer à un forum international sur le sujet du photojournalisme et de la liberté d’expression au Venezuela.

En tant que photographe, j’ai travaillé dans différents contextes tels que le combat séparatiste dans la région du Cachemire, la situation post-tremblement de terre en Haiti, le mouvement de hip-hop contestataire à Cuba.

Mon travail a été exposé en Autriche,Allemagne,France,Espagne,Cambodge,Etats-Unis, Italie,Venezuela,Colombie,Cuba et publié internationalement dans le NeueZürcherZeitung, Marianne, Time Magazine, Time Lightbox, University of Iowa, LFI-LeicaMag, M-LeicaMag, DaysJapan, New Scientist entre autres publications, d’autres visant à innover la manière dont la photographie est partagée, telles que Me-Mo, application interactive pour Ipad ou #Dysturb qui colle des photos en grand format dans les rues.

Récemment , ma couverture des fractures socio-politiques et morales vénézueliennes a été reconnue dans le Picture of the Year LatinAmerica 2015 en recevant le deuxième prix dans la catégorie Photographie téléphones portables et la première place dans la catégorie Propagande.

En 2014 j’ai obtenu une bourse du Magnum Emergency Fund allouée par la Magnum Foundation pour poursuivre mon projet à long terme "OurWar - OurPain" sur la violence au Venezuela. Au même moment, j’ai été sélectionné pour publier sur la page Instagram du New Yorker, en étant le premier photographe d’Amérique Latine à collaborer avec eux. J’ai été également étudiant au Eddie Adams Workshop XXVI où j’ai été récompensé par le Tim Hetherington Special Award.

A l’intérieur du sujet sur la violence dans mon pays natal, j’ai travaillé sur les nombreux aspects qu’elle peut revêtir, essayant d’apporter une perspective en profondeur sur son impact dans la vie civile. J’ai suivi de près les forces de sécurité, les para-militaires soutenus par le gouvernement , les gangs et les mafias en prison qui prennent aujourd’hui le contrôle des villes, dans le but d’obtenir une vision profonde et compréhensible des manifestations les plus cachées de la violence et de ses relations avec la scène politique et le quotidien des habitants du Venezuela.